"Sur les chemins sans risques on n'envoie que les faibles."
[Hermann Hesse]

             Change to English

MiSSing Sign :
point  Accueil
point  Présentation
point  M'écrire
point  Livre d'Or (80)
point  Ecrire dans le livre d'Or
point  Evènements (11)
point  Liens (6)

Dessins et desseins :
point  Tous
point  Le Chaman
point  Le Cubisme
point  La robe
point  New-York
point  Paroles de Chansons
point  Cheveux colorés
point  Dessins au crayon
point  Le Guerrier de la lumière
point  L'Androgyne

Articles Psycho:
  Pas facile d’être un garçon
  Les hommes en Jupe
  Les garçonnes
  Idées fausses
  Mode et estime de soi
  Bâtisseurs de culture
  Oser la Jupe
  Nos habits parlent
  Réflexions sur la Jupe

Articles Mode:
  T-Shirt
  La culture gothique
  Le Nombre d'Or
  Proportion de la Jupe
  Conseils sur la Jupe
  Lexique des Jupes
  Lexique des bottes
  Androgynie et Mode

Membres :
point  Se connecter
  Liste Membres
  Le Mur
point  Devenir Membre (gratuit)

L'HOMME EN MARCHE: Un homme qui ne marche pas ne laisse pas de traces. [Georges Wolinski]  Dans le Londres Underground, la robe rouge pour Homme est du dernier-cri et le rouge la couleur de la révolution vestimentaire. Robe en velours avec bottines montagnardes et perfecto blanc en vachette. Gabrielle Lys Octobre 2007.
L'HOMME EN MARCHE:
Un homme qui ne marche pas ne laisse pas de traces.
[Georges Wolinski]

Dans le Londres Underground, la robe rouge pour Homme est du dernier-cri et le rouge la couleur de la révolution vestimentaire. Robe en velours avec bottines montagnardes et perfecto blanc en vachette.
Gabrielle Lys Octobre 2007.


LE COMMUNISTE: En 2010, les changements climatiques et la crise pétrolière remettent au goût du jour les transports en commun et un partage équitable des ressources. Le capitalisme sauvage est abandonné au profit d'un communisme soucieux de l'environnement. A New-York, la mode dernier cri est aux uniformes de l'ancienne URSS. Jeune garçon dans central park : Bottes Gabrielle Lys, veste, jupe-culotte et casquette en coton épais de couleur grise. Boutons rustiques couleur ivoire. Gabrielle Lys. Decembre 2006.
LE COMMUNISTE:
En 2010, les changements climatiques et la crise pétrolière remettent au goût du jour les transports en commun et un partage équitable des ressources. Le capitalisme sauvage est abandonné au profit d'un communisme soucieux de l'environnement. A New-York, la mode dernier cri est aux uniformes de l'ancienne URSS. Jeune garçon dans central park : Bottes Gabrielle Lys, veste, jupe-culotte et casquette en coton épais de couleur grise. Boutons rustiques couleur ivoire.
Gabrielle Lys. Decembre 2006.


LE STYLISTE: Comme les fleurs sont rendues plus sucrées par le soleil et la rosée, ainsi ce vieux monde est rendu plus brillant par les êtres tel que toi. [Epitaphe célèbre. Pierre tombale de Bonnie Parker]  Manteau Premier Empire et Bottes de Mars. Gabrielle Lys. 23 novembre 2008.
LE STYLISTE:
"Comme les fleurs sont rendues plus sucrées par le soleil et la rosée, ainsi ce vieux monde est rendu plus brillant par les êtres tel que toi."
[Epitaphe célèbre. Pierre tombale de Bonnie Parker]

Manteau "Premier Empire" et Bottes de Mars.
Gabrielle Lys. 23 novembre 2008.


LE GUERRIER DE LA LUMIERE : Robe éventail en gansé de soie Gabrielle Lys. 17 août 2010.
LE GUERRIER DE LA LUMIERE :
Robe "éventail" en gansé de soie
Gabrielle Lys. 17 août 2010.



Quelques réflexions sur la Jupe pour Homme

Introduction
point  Pourquoi les femmes en pantalon et pas les hommes en jupe ? Ce vêtement qui est et a été porté par des hommes appartenant à des civilisations différentes au cours l’histoire et dans le présent a acquis, dans notre culture occidentale une connotation essentiellement féminine. Dans une civilisation où persiste un sentiment inconscient de supériorité du "masculin", une représentation de "l’homme" fort, dominant, protecteur, combatif, austère, son habillement se doit d’être à son image : un peu sévère, standard, voire un peu rêche.

point  La représentation mentale du " masculin " ne colle pas très bien avec la fantaisie, la fragilité, le changement, la douceur. L’homme qui ose porter une jupe risque fort d’être suspecté de vouloir être une femme, voire d’être un peu "tordu" de vouloir s’identifier à un sexe perçu comme "inférieur".

Une argumentation pas toujours adéquate
point  En réalité, le but à atteindre est de faire passer une idée toute simple, mais ô combien peu convaincante pour la plupart :

point  "Chaque être humain, homme ou femme, devrait pouvoir, dans les limites du bon sens, être libre de s’habiller comme il l’entend et comme il a plaisir à le faire".

point  Le sentiment partagé par ceux qui, étant du côté "masculin", aimeraient tout simplement se mettre en jupe quand ils le veulent est que, en occident du moins, la liberté des hommes à ce sujet est infiniment moindre que celle des femmes et qu’il y a là une sorte d’injustice. D’où un désir de casser ces frontières et une revendication que l’on a tendance à appuyer sur tout argument possible pour démontrer l’absurdité des contraintes à ce sujet. Il ne faut pas oublier que celui qui défend ce point de vue a devant lui une forteresse derrière laquelle se cachent la majorité des "hommes" et même ceux qui aimeraient en sortir. Pour la plupart des hommes, mettre une jupe est tout simplement encore "impensable" à l’heure d’aujourd’hui, et ce, même s’ils en souffrent plus ou moins inconsciemment. L’habit est chez l’homme tellement lié au sexe, qu’en changer engendre une peur, une angoisse, une honte, une sorte de désaveu de l’image que la société a imprégné en lui-même. Il s’ensuit parfois une sorte de "contre argumentation" qui attaque le point de vue que l’on voudrait par ailleurs voire évoluer (un peu comme dans l’Eglise catholique, où des responsables défendent bec et ongles un célibat dont beaucoup d’entre eux ont très fort souffert).

point  En fait, si l’on veut défendre la jupe pour hommes, il faut défendre les véritables raisons de s’habiller ainsi et non s’appuyer sur des arguments peut-être justes, mais périphériques. Nous pensons par exemple à ceux qui disent que la jupe est mieux adaptée à la morphologie masculine, qu’elle pourrait améliorer la fécondité ou éviter des cancers des testicules, etc. Ce genre d’argument, pour sincère qu’il soit, est contreproductif car il ne touche absolument pas aux véritables raisons de se mettre en jupe. J’ai une fille qui ne met que des hauts-talons car elle se perçoit petite. Elle ne se demande jamais si c’est bon ou mauvais pour les pieds… Même s’il était prouvé que la jupe, au contraire de ce qui est dit, augmentait légèrement les risques du cancer, cela ne changerait rien au désir de ceux qui ont envie d’en mettre une. La raison n’est pas là et argumenter sur ce terrain fragilise la cause défendue. Il sera toujours facile de répondre que les quelques centaines de millions d’hommes qui sont en pantalon, sont pour la plupart fertiles et qu’il faudrait quelque part créer un groupe témoin suffisamment nombreux d’hommes en jupe, et ce, pendant quelques années, pour démontrer la véracité de l’hypothèse que la jupe est moins cancérigène ou plus favorable à la fécondité.

point  Il faut donc argumenter sur la vérité du désir. Cela peut alors toucher beaucoup d’hommes qui, au fond d’eux-mêmes, souhaiteraient une évolution sans oser se le dire mais qui n’ont par ailleurs aucune crainte notoire par rapport aux risques de cancer ou autre problème qu’ils courent à rester en pantalon.

Pourquoi la jupe pour homme évolue t’elle si lentement ?
point  La femme qui a dû se battre pour le port du pantalon, n’a pas tout à fait eu le même genre de problème puisqu’elle s’habillait de façon "masculine"; elle était "culottée" si l’on peut dire et plutôt perçue, à l’époque, comme "usurpatrice". Heureusement, la culture a évolué dans un combat vers plus d’égalité: que la femme s’habille de façon plus "masculine" a donc participé à un combat du type "travail égal, salaire égal". Les salaires favorisés n’ont jamais revendiqué de gagner moins au nom de ce principe d’égalité. Ainsi, l’homme qui voudrait s’habiller de façon plus "féminine" doit ramer à contre-courant.

point  C’est là probablement un des grands freins à une évolution vestimentaire, même si, en théorie, la revendication est totalement fondée et légitime.

La "défaite" des hommes ou l’incapacité massive à se montrer dans leur vérité.
point  En fait, c’est l’homme lui-même qui s’interdit dans la plupart des cas de franchir le pas de se mettre en jupe, même si cela lui plait. Il vit une espèce de honte que quelques uns seulement arrivent à dépasser, alors qu’en fait seule la pression culturelle empêche de franchir la frontière: revêtir un vêtement "de femme" (puisqu’ainsi est perçue la jupe) serait en quelque sorte perdre quelque chose de sa virilité.

point  Il y a là erreur à deux niveaux:

point  D’abord, il n’y a en soi aucune honte à exprimer une féminité qui est répartie entre les humains de façon bien plus complexe que la vision dichotomique "mâle-femelle".
point  Ensuite il est totalement inexact de considérer qu’un homme en jupe veuille nécessairement ressembler à une femme.
Les comportements collectifs inconscients:
point  Ce n’est certainement pas gagné d’avance car, même les femmes vont souvent – et sans le savoir ni le vouloir – garder pour elles ces prérogatives. Pour seul exemple, cette mode répandue depuis quelque temps chez les filles de s’habiller en pantalon, avec une robe ou une jupe par-dessus. Cela ne signifie-t-il pas: je mets un pantalon, mais, ne vous y trompez pas, je superpose un accessoire réservé aux femmes et qui vous dit bien que je suis une fille ? En faisant cela, elles ne facilitent certainement pas une évolution pour les garçons puisqu’elles renforcent encore l’aspect "exclusivement féminin" de la robe ou de la jupe. Tout ceci est évidemment un comportement collectif inconscient qui traduit la pensée profonde et le non-dit de la culture. Il est possible, en effet, que la même fille qui s’habille de la sorte puisse en même temps soutenir le mouvement des hommes en jupe. La plupart des réticences font donc, dans ce domaine, partie d’un non-dit collectif, partagé tant par les hommes que par les femmes.

Faire évoluer la culture

point  Il faudrait donc que la culture évolue sur plusieurs plans:

point  En favorisant tout ce qui peut faire valoir la richesse de la féminité, de manière à ce que, même exprimer cette facette de la personnalité masculine soit un plus et non un moins.
point  En trouvant des moyens de faire pressentir que la jupe ou la robe n’est pas en soi un vêtement féminin, mais peut être porté indifféremment par quiconque le souhaite, tout en respectant des différences dans les modèles, les coupes, de manière à ce que chaque sexe puisse y trouver une expression propre. Les femmes ont très bien réussi cela avec le pantalon. Les modèles pour homme ou femme sont très souvent différents. Cette spécificité dans les modèles aiderait d’ailleurs à faire évoluer les mentalités puisqu’il y aurait toujours des vêtements "homme" et des vêtements "femme" que ce soient par ailleurs des jupes ou des pantalons ou autre chose.
point  Il y a un également un manque d’investissement du côté des créateurs de mode masculine. Si tous présentaient indifféremment des modèles vêtus de pantalons ou de jupes, l’image de l’homme en jupe ferait du chemin dans la culture et la représentation que chacun se fait de l’homme ou de la femme. Les créateurs sont prisonniers des images mentales et de l’économie puisque, pour le moment, vendre des jupes pour homme n’est pas spécialement porteur au niveau commercial.
point  Enfin, il paraît aussi important que l’image de l’homme en jupe soit celle de l’homme "normal" et pas celle de quelques farfelus qui appartiennent à des mouvements peu compris du grand public. Quand un écossais se met en kilt, il est simplement "écossais" mais si un fermier sort en jupe, il peut être perçu par son village comme quasiment fou à lier.
Finalement, pourquoi vouloir se mettre en jupe ?
point  La réponse est probablement assez simple avec deux axes principaux:

point  Un axe de la sensualité: porter un vêtement que l’on considère comme agréable, caressant, non agressif. Je trouve que l’on ne considère pas assez, dans ce domaine, le plaisir du toucher qui est peut-être mis un peu "à l’index" dans notre société masculine. On peut se ravir de musique, admirer des couleurs, être fasciné par des formes, etc. mais on ne pourrait pas trouver plaisir (en tant que mâle) à la caresse d’un tissu ou au toucher d’une matière. Cela progresse certainement, puisque, même dans les magasins de vêtement pour homme, l’aspect agréable de la matière commence à devenir un argument de vente. Il faut ajouter à cela les aspects visuels, variations des coupes, des couleurs, etc. Il est évident que la jupe, de ce point de vue, est bien plus performante que le pantalon. Cela ne suffit certes pas à expliquer pourquoi un homme aimerait mettre une jupe, mais cela en est probablement un aspect important.
point  L’autre axe est justement celui de la "féminité". Il serait faux de dire que, dans le désir de mettre des jupes, l’aspect féminin soit totalement absent. Il l’est peut-être dans les civilisations où l’homme s’habille ainsi traditionnellement, mais en occident, la jupe et la robe sont tellement "marquées" d’une connotation "féminine" qu’il est impossible que cet aspect soit inexistant. Dans d’autres cultures, le "désir féminin" se révélera probablement autrement, mais chez nous, le vêtement serait un canal privilégié qui permettrait aux hommes d’exprimer ce qu’ils ont en eux de "féminin".
En conclusion:
point  La jupe pour homme va dans le sens d’un plus grand bonheur pour ceux qui souhaitent plus de respiration, de liberté, de bien-être dans leur façon de vivre et de s’habiller. Se sentir mieux, choisir sa garde robe avec plus d’horizon ne peut qu’améliorer l’humanité, d’autant que vraiment cela ne fait de tort à personne, au contraire...

texte original: Jacques (Han-sur-Lesse)
Correction et traduction:
Gabrielle Lys


L'ARTISTE: C'est au moment où l'on triche pour le beau que l'on est artiste. [Max Jacob] Il porte une chemise noire Levis sur une robe de soie couleur saumon, des bas collants avec les bottes Gabrielle Lys. Juillet 2007.
L'ARTISTE:
"C'est au moment où l'on triche pour le beau que l'on est artiste."
[Max Jacob]

Il porte une chemise noire Levis sur une robe de soie couleur saumon, des bas collants avec les bottes
Gabrielle Lys. Juillet 2007.



Le site est un succès gràce à vous tous. Merci pour vos marques de sympathie dans le livre d'or et partage idéologique des membres. Merci aussi à ceux qui m'écrivent des messages personnels. Ils me vont droit au coeur et me poussent à avancer toujours plus loin.
Gabrielle Lys

LE CREATEUR: Le créateur a peur de mourir avant d'avoir tout donné de lui. Cependant, il garde la foi. Créer, c'est changer le réel par un réel plus beau. Alors il devient, pendant une fraction de temps, l'égal de Dieu. Robe tunique à capuchon large. Gabrielle Lys. Septembre 2007.
LE CREATEUR:
Le créateur a peur de mourir avant d'avoir tout donné de lui. Cependant, il garde la foi. Créer, c'est changer le réel par un réel plus beau. Alors il devient, pendant une fraction de temps, l'égal de Dieu. Robe tunique à capuchon large.
Gabrielle Lys. Septembre 2007.


RETROUVAILLE: Ils se retrouvent après une absence trop longue. Avec son écharpe, elle est vêtue d'une veste couleur saumon sur un jeans bleu clair. Dans un style naturel, elle porte des chaussures de sport et un petit sac banane en cuir noir. Lui, avec son énorme sac fourre-tout en cuir en guise de valise et ses lunettes de motard sur le front, il abore un style très underground. Par dessus sa jupe, il porte un long manteau en tweed épais et des grosses bottines de marche. Gabrielle Lys Avril 2006.
RETROUVAILLE:
Ils se retrouvent après une absence trop longue. Avec son écharpe, elle est vêtue d'une veste couleur saumon sur un jeans bleu clair. Dans un style naturel, elle porte des chaussures de sport et un petit sac banane en cuir noir. Lui, avec son énorme sac "fourre-tout" en cuir en guise de valise et ses lunettes de motard sur le front, il abore un style très "underground". Par dessus sa jupe, il porte un long manteau en tweed épais et des grosses bottines de marche. Gabrielle Lys Avril 2006.


Dernières statistiques :
point  18 visites auj
point  12 visites auj
point  6 visites auj
point  6726 visites/jour max
point  427711 visites total
point  551 Supporters  55  496
point  80 Messages
point  180 Dessins

Dernier membre
20/02/2012 - 17h35
Pauline
- L'hay les roses - France -
Mais le symbole plus emblématique de la mode à la garçonne est la coupe de cheveux. Incarnée au cinéma par l’actrice Louise Brook, la coupe courte devient célèbre et est porté par toutes les femmes. Symbole d'émancipation, la coupe courte séduit et s'impose. En 1925, une femme sur trois aurait fait couper ses cheveux. Mais déjà en 1903, Colette arborait la coiffure courte. En mai 1917 Paul Morand écrit : « depuis 3 jours, c’est la mode de porter les cheveux courts. Toutes, elle suivent le mouvement, mené par Mme Letellier et Channel…». Les cheveux sont donc coiffés suivant la mode masculine, sous un chapeau cloche, à haute caloque cylindrique et dont les bords étroits tombent juste au dessus des sourcils. Les frères Antoine et René Rambaud devienne maitre dans l’art de cette coiffure qui fut renommer la coupe à la garçonne.
[Liste Membre]

Dernier membre
17/07/2017 - 08h03
Patrick Lefetz
- Verdun - France -
Je porte les jupes Hyatus depuis 3 ans, pour le sport et la ville.
Autour dr moi, les femmes y sont favorables et certains hommes sont prés à oser le port de la jupe

[Liste Membre]

Dernier Msg Livre d'Or :
Jean - Lyon - France - - 08/02/2016.
Bravo pour ce magnifique site
Dommage que les articles sur la jupe se fassent rares.
Je me suis mis à porter la jupe de temps en temps depuis un an. Au début difficile de s'aventurer en ville tant la crainte des regards est grande. Mais en fait, cela passe assez bien. Cependant, j'ai l'impression d'être bien seul et j'aimerais bien que d'autres osent et que ce vêtement puisse ainsi être porté plus facilement.
Je précise que je suis un jeune senior et c'est par plaisir que je porte la jupe. Liberté de mouvement, originalité, confort.
Espérant que tout cela évolue vite...


[Ajouter un message]


© Ce site est protégé par le droit d'auteur, tous droits réservés - MissingSign - Gabrielle Lys - 2004 - 2017. Toute reproduction
et/ou rediffusion de contenu par quelque moyen que ce soit doit faire l'objet d'une autorisation spécifique de son auteure.
SABAM n° 00768391789 ©


18 V.