"Il n'y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur : il n'y a qu'une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle."
[Auguste Rodin]

             Change to English

MiSSing Sign :
point  Accueil
point  Présentation
point  M'écrire
point  Livre d'Or (80)
point  Ecrire dans le livre d'Or
point  Evènements (1)(6)
point  Liens (6)

Dessins et desseins :
point  Tous
point  Le Chaman
point  Le Cubisme
point  La robe
point  New-York
point  Paroles de Chansons
point  Cheveux colorés
point  Dessins au crayon
point  Le Guerrier de la lumière
point  L'Androgyne

Articles Psycho:
  Pas facile d’être un garçon
  Les hommes en Jupe
  Les garçonnes
  Idées fausses
  Mode et estime de soi
  Bâtisseurs de culture
  Oser la Jupe
  Nos habits parlent
  Réflexions sur la Jupe

Articles Mode:
  T-Shirt
  La culture gothique
  Le Nombre d'Or
  Proportion de la Jupe
  Conseils sur la Jupe
  Lexique des Jupes
  Lexique des bottes
  Androgynie et Mode

Membres :
point  Se connecter
  Liste Membres
  Le Mur
point  Devenir Membre (gratuit)

MODE ROMAINE: Ce que l'on fait dans sa vie résonne dans l'éternité. [Ridley Scott - film Gladiator] Quand l'antiquité influence la mode du futur... L'homme porte une cape à capuchon en lin sur une tunique en coton épais, des bas collant et des bottillons légers en daim. Gabrielle Lys. Juillet 2007.
MODE ROMAINE:
"Ce que l'on fait dans sa vie résonne dans l'éternité."
[Ridley Scott - film "Gladiator"]
Quand l'antiquité influence la mode du futur... L'homme porte une cape à capuchon en lin sur une tunique en coton épais, des bas collant et des bottillons légers en daim.
Gabrielle Lys. Juillet 2007.


ANDROGYNE SOPHISTIQUE: Sa robe raconte comment s'éveiller à l'art, à la liberté, à soi-même. Elle exprime la puissance primitive du vêtement et de l'identité.  Superposition osée d'une robe en laine sur un jupon volanté de dentelles avec botillons et col de couleur Fluo Pop.  Gabrielle Lys. 1 février 2008.
ANDROGYNE SOPHISTIQUE:
Sa robe raconte comment s'éveiller à l'art, à la liberté, à soi-même. Elle exprime la puissance primitive du vêtement et de l'identité.

Superposition osée d'une robe en laine sur un jupon volanté de dentelles avec botillons et col de couleur Fluo Pop.

Gabrielle Lys. 1 février 2008.


TOI : Toi, Tu m'apprendras Que mon heure est grave. Je ne te quitterai jamais. Je reste en vie et je réussis à grandir et à sourire. Ça fait quand même un mal de chien. [Adora - Indochine]  Gabrielle Lys. 25 avril 2010.
TOI :
"Toi,
Tu m'apprendras
Que mon heure est grave.
Je ne te quitterai jamais.
Je reste en vie et je réussis
à grandir et à sourire.
Ça fait quand même un mal de chien."
[Adora - Indochine]

Gabrielle Lys. 25 avril 2010.


HORS LA LOI: Audaces assumées en talons exaltés, imprimés électrisés et luxe intensif. Maquillage Gabrielle Lys à la Tim Burton. T-shirts en cuir noir superposés. Jupe en imprimé coloré sur tulle de plusieurs épaisseurs. Gabrielle Lys. 10 octobre 2008..
HORS LA LOI:
Audaces assumées en talons exaltés, imprimés électrisés et luxe intensif.
Maquillage Gabrielle Lys à la Tim Burton. T-shirts en cuir noir superposés. Jupe en imprimé coloré sur tulle de plusieurs épaisseurs.
Gabrielle Lys. 10 octobre 2008..



Look, mode et estime de soi.

point  Cet article met en évidence l’interaction qu’il existe entre l’estime de soi et l’importance accordée à l’apparence. Des éléments importants pour expliquer le retour de la Jupe dans la garde-robe masculine.

L’estime de soi.

point  L’estime de soi, l’une des dimensions les plus fondamentales de notre personnalité, est un phénomène discret, impalpable, complexe, dont nous n’avons pas toujours conscience. L’expression "estime de soi" vient du latin oestimare, "évaluer", dont la signification est double : à la fois "déterminer la valeur de" et "avoir une opinion sur". L’estime de soi est donc comment on se voit et si on aime ou pas ce qu’on voit. Ce regard-jugement que l’on porte sur soi est vital à notre équilibre psychologique. Lorsqu’il est positif, il permet d’agir efficacement, de se sentir bien dans sa peau, de faire face aux difficultés de l’existence. Mais quand il est négatif, il engendre nombre de souffrances et de désagréments qui viennent perturber notre quotidien.

Les trois piliers de l’estime de soi.

point  Avoir confiance en soi, être sûr de soi, être content de soi. Les termes et les expressions employés dans le langage courant pour désigner l’estime de soi sont légion. En fait, chacun d’eux se réfère à l’un de ses multiples aspects. En réalité, l’estime de soi repose sur trois "ingrédients" : La confiance en soi, la vision de soi, l’amour de soi. Le bon dosage de chacune de ces trois composantes est indispensable à l’obtention d’une estime de soi harmonieuse.

1. L’amour de soi.
point  C’est l’élément le plus important. S’aimer ne souffre aucune condition : on s’aime malgré ses défauts et ses limites, malgré les échecs et les revers, simplement parce que une petite voie intérieure nous dit que l’on est digne d’amour et de respect. Cet amour de soi "inconditionnel" ne dépend pas de nos performances. Il explique que nous puissions résister à l’adversité et nous reconstruire après un échec. Il n’empêche ni la souffrance ni le doute en cas de difficultés, mais il protège du désespoir.
point  L’amour de soi dépend en grande partie de l’amour que notre famille nous a prodigué quand nous étions enfant et des "nourritures affectives" qui nous ont été prodiguées. Les carences d’estime de soi qui prennent leur source à ce niveau sont sans doute les plus difficiles à rattraper. On les retrouve dans ce que les psychiatres appellent "les troubles de la personnalité", c'est-à-dire chez des sujets dont la manière d’être avec les autres les pousse régulièrement au conflit ou à l’échec.
point  S’aimer soi-même est bien le socle de l’estime de soi, son constituant le plus profond et le plus intime. Pourtant, il n’est jamais facile de discerner chez une personne, au-delà de son masque social, le degré exact de l’amour qu’elle se porte.
2. La vision de soi.
point  C’est le regard que l’on porte sur soi. Cette évaluation, fondée ou non, que l’on fait de ses qualités et de ses défauts, est le deuxième pilier de l’estime de soi. Il ne s’agit pas de connaissance de soi; mais la conviction que l’on a d’être porteur de qualités ou de défauts, de potentialités ou de limitations. La subjectivité y tient donc le beau rôle ; son observation est difficile, et sa compréhension, délicate. C’est pourquoi, une personne complexée – dont l’estime de soi est souvent basse – laissera souvent perplexe un entourage qui ne perçoit pas les défauts dont elle se croit atteinte.
point  Positive, la vision de soi est une force intérieure qui nous permet d’attendre notre heure malgré l’adversité. Dans d’autres cas, une vision de soi limitée poussera le sujet à la dépendance vis-à-vis d’autrui : on peut établir des relations satisfaisantes avec les autres, mais on se limite au rôle de suiveur, on ne passe que sur des voies déjà explorées par d’autres. On a du mal à construire et à mener à bien des projets personnels.
3. La confiance en soi.
point  La confiance en soi s’applique surtout à nos actes. Etre confiant, c’est penser que l’on est capable d’agir de manière adéquate dans les situations importantes. Contrairement à l’amour de soi et, surtout, à la vision de soi, la confiance en soi n’est pas très difficile à identifier ; il suffit pour cela de fréquenter régulièrement une personne, d’observer comment elle se comporte dans des situations nouvelles ou imprévues, lorsqu’il y a un enjeu, ou si elle est soumise à des difficultés dans la réalisation de ce qu’elle a entrepris. La confiance en soi peut donc sembler moins fondamentale que l’amour de soi ou la vision de soi, dont elle serait une conséquence. C’est en partie vrai, mais son rôle nous semble primordial dans la mesure où l’estime de soi a besoin d’actes pour se maintenir ou se développer : des petits succès au quotidien sont nécessaires à notre équilibre psychologique, tout comme la nourriture et l’oxygène le sont à notre équilibre corporel. Ne pas redouter outre mesure l’inconnu ou l’adversité témoigne d’un bon niveau de confiance en soi.
L’équilibre de l’estime de soi.

point  Ces trois composantes de l’estime de soi entretiennent généralement des liens d’interdépendance : l’amour de soi (se respecter quoi qu’il advienne, écouter ses besoins et ses aspirations) facilite incontestablement une vision positive de soi (croire en ses capacités, se projeter dans l’avenir) qui, à son tour, influence favorablement la confiance en soi (agir sans crainte excessive de l’échec et du jugement d’autrui). L’estime de soi n’est pas donnée une fois pour toute. Elle est une dimension mobile de notre personnalité. Plus ou moins haute, plus ou moins stable, elle a besoin d’être régulièrement alimentée.

Miroir, mon beau miroir...

point  Le miroir est aujourd’hui omniprésent dans notre environnement quotidien : salles de bains et vestibules de nos demeures, magasins, halls d’immeuble, salles de gymnastique, rétroviseurs de nos voitures…Notre image nous est reflétée des dizaines de fois par jour. Il n’en a pas toujours été ainsi : en fait, jusqu’au XVIIe siècle, les miroirs étaient très rares. La galerie des Glaces du château de Versailles était à l’époque un exceptionnel signe de puissance et de richesse, bien de nature à traduire l’extraordinaire estime de soi de Louis XIV, le propriétaire des lieux ; mais la démocratisation du miroir ne date que du XIXe siècle. Depuis, le miroir nous est devenu familier et intime. Quel est le rôle de cette présence envahissante de notre image, à laquelle c’est ajoutée depuis celle de la photo et de la vidéo, dans les pressions croissantes sur l’image du corps ? Celui-ci est de plus en plus présent dans la publicité : parfums, produits de beauté, mode. Comme pour les femmes, mais avec une trentaine d’années de retard, les hommes sont soumis à un bombardement d’images de corps idéaux sur les panneaux d’affichage, les magazines, les publicités télévisées.


Look, mode et estime de soi.
point  Les apparences influencent beaucoup l’estime de soi. Elles font que nous nous sentons valorisés ou dévalorisés. Nos vêtements ne servent plus seulement à nous protéger du froid ou à cacher notre nudité. Comment vous sentez-vous après avoir acheté un beau vêtement, qui vous va à ravir ? Sans doute vous sentez-vous bien…Votre estime de soi s’en est trouvée augmentée. L’image que vous avez de vous-même s’en sera trouvée dopée.

point  Pour ceux qui aiment la mode, le jeu consiste à surveiller les tendances et les vitrines afin d’être toujours dans le vent, l’objectif est de porter ce qui se portera, mais avant tout le monde, et surtout de ne plus le porter quand tout le monde a suivi… La mode, surtout si on la précède, est un moyen d’augmenter son estime de soi. L’objectif est de se démarquer des autres, en étant les premiers à adopter de nouvelles façons de se vêtir. Ainsi valorisés par leur statut de pionniers, ils seront prêts à affronter les regards incrédules ou critiques de la "masse" encore vêtue à l’ancienne mode. Pour d’autres, suivre la mode sera une façon de ne pas diminuer son estime de soi. La motivation n’est pas un gain d’estime de soi, mais l’évitement d’une perte. Ils n’adoptent une mode que lorsqu’elle se généralise, afin de n’être pas jugés négativement sur une apparence désuète. Bien sûr, au stade où "tout le monde commence à s’y mettre", les novateurs ont depuis longtemps abandonné la mode en question : elle n’apporterait plus rien à leur estime de soi.

point  Dans les pays occidentaux, la façon la plus simple et la plus rapide d’améliorer son image, c’est souvent d’acheter des vêtements. La mode existerait-elle si les humains n’avaient pas de problèmes d’estime de soi ? Comment expliquer autrement le succès des "griffes", qui consiste à payer plus cher un vêtement s’il est estampillé...
Gabrielle Lys
Bibliographie:
"L'estime de soi : S'aimer pour mieux vivre avec les autres".
Christophe André et François Lelord, Edition Odile Jacob.



Le site est un succès gràce à vous tous. Merci pour vos marques de sympathie dans le livre d'or et partage idéologique des membres. Merci aussi à ceux qui m'écrivent des messages personnels. Ils me vont droit au coeur et me poussent à avancer toujours plus loin.
Gabrielle Lys

LE DANSEUR: Les rêves sont faits de ça, Qui suis-je pour ne pas être d'accord ? J'ai traversé le monde, Et les sept mers, out le monde est à la recherche de quelque chose... [Sweet dreams - Eurythmics] Gabrielle Lys. Septembre 2007.
LE DANSEUR:
Les rêves sont faits de ça,
Qui suis-je pour ne pas être d'accord ?
J'ai traversé le monde,
Et les sept mers,
out le monde est à la recherche de quelque chose...
[Sweet dreams - Eurythmics]

Gabrielle Lys. Septembre 2007.


PERFECT LOOK : Combinaison intégrale en dentelles, bottes de l'Archange et manteau en cuir. Gabrielle Lys. 29 août 2010.
PERFECT LOOK :
Combinaison intégrale en dentelles, bottes de l'Archange et manteau en cuir.
Gabrielle Lys. 29 août 2010.


Dernières statistiques :
point  128 visites auj
point  83 visites auj
point  45 visites auj
point  6726 visites/jour max
point  400265 visites total
point  550 Supporters  55  495
point  80 Messages
point  180 Dessins

Dernier membre
20/02/2012 - 17h35
Pauline
- L'hay les roses - France -
Mais le symbole plus emblématique de la mode à la garçonne est la coupe de cheveux. Incarnée au cinéma par l’actrice Louise Brook, la coupe courte devient célèbre et est porté par toutes les femmes. Symbole d'émancipation, la coupe courte séduit et s'impose. En 1925, une femme sur trois aurait fait couper ses cheveux. Mais déjà en 1903, Colette arborait la coiffure courte. En mai 1917 Paul Morand écrit : « depuis 3 jours, c’est la mode de porter les cheveux courts. Toutes, elle suivent le mouvement, mené par Mme Letellier et Channel…». Les cheveux sont donc coiffés suivant la mode masculine, sous un chapeau cloche, à haute caloque cylindrique et dont les bords étroits tombent juste au dessus des sourcils. Les frères Antoine et René Rambaud devienne maitre dans l’art de cette coiffure qui fut renommer la coupe à la garçonne.
[Liste Membre]

Dernier membre
01/04/2017 - 01h29
Israel Morales
- Sogamoso - Colombia -
Lo mas adecuado, cómodo, decente, y saludable para vestirse un hombre es una falda; o un vestido con falda.
Esta es mi mejor justificasion para volver a usar las faldas.
El pantalón fue utilizado para discriminar, y humillar a la mujer; (es la prenda mas exhibicionista y sexista que se haya utilizado; y en especial para el varon, pues la anatomía de la mujer es diferente, y un pantalón en la mujer no es tan INSINUANTE, ni tan exhibicionista como en el hombre. Lo mas decente, cómodo, y SALUDABLE para vestirse un varon es una falda o un vestido con falda.

Por tradición los hombres desde siempre se habían vestido con faldas, solo hace 300 años que los obligaron a usar pantalón.

El pantalón es la prenda menos adecuada para un hombre; el calzoncillo bóxer, hace las veces de férula en los genitales, (propiciando mal funcionamiento, y discapacidades), la costura central del pantalón maltrata, magulla e incomoda todo el tiempo los genitales; la correa o cinturón hace las veces de torniquete, y obliga al corazón a bombear la sangre con mayor esfuerzo, (para vencer la contracción que hace el torniquete), y por mala irrigacion sanguínea afecta: el aparato digestivo, el sistema urinario, el aparato reproductor. Ademas con el uso del pantalón el hombre ha terminado orinando de pie lo cual es totalmente antinatural. Las Faldas y los vestidos con faldas para los hombres son suprema-mente SALUDABLES, CÓMODOS Y CONFORTABLES. El pantalón, el calzoncillo ajustado, la costura central del pantalón, y la correa o cinturón, están promoviendo las enfermedades modernas de los hombres: IMPOTENCIA, ESTERILIDAD, PROBLEMAS DE LA PRÓSTATA Y POSIBLEMENTE CÁNCER DEL TESTÍCULO.

Ninguna parte del cuerpo del varon se maltrata mas que los genitales.

Por salud y comodidad mejor usar FALDAS O VESTIDOS CON FALDA

[Liste Membre]

Dernier Msg Livre d'Or :
Jean - Lyon - France - - 08/02/2016.
Bravo pour ce magnifique site
Dommage que les articles sur la jupe se fassent rares.
Je me suis mis à porter la jupe de temps en temps depuis un an. Au début difficile de s'aventurer en ville tant la crainte des regards est grande. Mais en fait, cela passe assez bien. Cependant, j'ai l'impression d'être bien seul et j'aimerais bien que d'autres osent et que ce vêtement puisse ainsi être porté plus facilement.
Je précise que je suis un jeune senior et c'est par plaisir que je porte la jupe. Liberté de mouvement, originalité, confort.
Espérant que tout cela évolue vite...


[Ajouter un message]


© Ce site est protégé par le droit d'auteur, tous droits réservés - MissingSign - Gabrielle Lys - 2004 - 2017. Toute reproduction
et/ou rediffusion de contenu par quelque moyen que ce soit doit faire l'objet d'une autorisation spécifique de son auteure.
SABAM n° 00768391789 ©


128 V.